AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion






 

 CHAPITRE I : LES RETROUVAILLES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
MESSAGES : 44

avatar
La Force
Message    Lun 1 Jan - 17:54

CHAPITRE I : LES RETROUVAILLES

- Pont principal du Supremacy - 30 minutes après l'assaut sur CRAIT -

D'un pas vif, le Général Hux fit son entrée sur le pont. La mâchoire crispée, les poings sérés, les yeux exorbités cherchant un fautif.
"Cette journée tourne au calvaire. Faites moi un rapport de la situation ! OU SONT PARTIS LES REBELLES !!"
L'officier en second, armé de tout le courage qui lui reste, vint lui apporter toute la lumière sur le désastre en présence. Il s'humecta les lèvres, déglutit un peu trop bruyamment, et se lança.
"-Mon Général... Notre traceur à été endommagé lors de la collision avec le vaisseau rebelle. Impossible de déterminer leur destination.
"- Bon sang !
- Quand à notre situation actuelle, elle n'est guère réjouissante j'en ai bien peur. Sept croiseurs ont succombés à l'attaque suicide, et le Supremacy va devoir rester en stationnaire un mois le temps des travaux.
"- Notre vengeance n'en sera que plus terrible... Amiral. Donnez l'ordre de rapatriement de l'ensemble de notre flotte, nous établirons notre camps de base sur Crait. La recherche des Rebelles se fera par petites escouades... nos meilleurs soldats. Je vais immédiatement en informé notre Suprême Leader. Major... Exécution !
- A vos ordres mon Général !" conclut-il d'un salut droit comme un i.
Le Général Hux tourna les talons, ne prêtant même pas attention au zêle de son subordonné, et disparut dans les coursives. Le Major expira toute la tension aussi discrètement que possible et fit face aux dizaines d'officiers techniciens et coordinateurs. Il gonfla son thorax et donna à sa voix toute l'assurance qu'il pouvait.
"Vous avez entendu non ?! Crait devient notre nouvelle base d'opération ! Rappelez notre flotte. Et quand ils serons là, trouvez moi nos meilleures unités, nous avons beaucoup à faire."

Citation :
○ Vous êtes en route vers le suprématie. expliquez votre dernière journée en mission via un flashback, ainsi que la manière dont vous avez appris pour Snoke, Kylo et la nouvelle désillusion contre les Rebelles.

○ Pour rappel : 2 jours séparent l'épisode 7 et de la fin du 8.

○ Comptez en moyenne 6h de trajet pour chacun.

○ Une fois sur le Supremacy vous pourrez vous rencontrer, vous croiser, vous apercevoir.

○ Je guiderai les arrivées et distribuerai les missions en fonctions des affinités et de l'ordre d'arrivée (nouveaux membres par exemple).

○ Vous aurez droit à 3 actions majeurs par tour. (Ici pour les règles Action/tour/dé)

○ J'interviendrai si je juge qu'une action nécessite un lancé, ou que selon votre profil vous accédez à une facilité ou une pénalité.

○ Pour toutes vos questions sur les possibilités du chapitre en cours, vous pouvez contacter Jax et Morrigan.

Revenir en haut Aller en bas
Knight of Ren
NOM DE CODE : HELA REN

MESSAGES : 203

avatar
Morrigan
Message    Mar 2 Jan - 14:51

LA DERNIÈRE BATAILLE DE YAVIN IV



Navette de Morrigan - En direction du Supremacy

J'avais oublié combien il était cruel, le froid de l'espace. Dénué de toutes essences, de toutes auras, seulement un vide glacial, même à bord d'une navette. Cette même navette avec laquelle j'étais venue il y a six ans de cela, sur Yavin IV. Mais le temps est enfin venu, Ben m'a contacté, il a réussi. Désormais nous allons pouvoir nous retrouver, tous ensemble, et mener cette galaxie comme elle se doit. Mais je reste toujours intriguée cela dit, les nombreux échecs récent, en dépit de nos incroyables moyens. De quelles armes peuvent bien jouir les Rebelles pour nous déjouer de la sorte ? Nous le découvrirons bien assez vite.
Mon assistant d'astro-navigation m'indique qu'il reste encore quelques heures avant mon arrivée proche de l'orbite de Crait. Alors, je me prépare une tasse d'Ardes et je reviens me poser dans le cockpit, assise de manière décontractée, sirotant mon jus sombre et bouillant. Puis une fois fini, je laisse la tasse vide sur le tableau de bord et tente de fermer les yeux. La vitesse lumière m'éblouis, je n'ai plus l'habitude et je dois avouer que je suis fatiguée. Il faut dire que je n'ai guère eu de repos ces six dernières années. Surtout ces derniers jours, avec la dernière offensive Rebelle. Les enfoirés avaient fait appel à des renforts... j'aurai du... *ronflements*



Planète Yavin IV - 10 heures plus tôt

L'aube laisse dérober ses premiers rayons de soleil reflétant sur les pierres millénaires du temple Massassi, faisant ressortir le gigantisme de l'architecture, dominant aisément la "planète jungle". Pas de nuage, pas de vent et une chaleur déjà pesante. L'activité prend doucement son court au sein du temple, où vie une grande partie de mon peuple, les Simohko, des humains primitifs qui peuplaient la jungle dans divers clans. Mais depuis je les ai défiés, puis rassemblés sous ma coupe, en une seule et même bannière. Plus de 1200 soldats hommes, femmes et enfants, obéissant au moindres de mes ordres, me vénérant comme une déesse. J'étais leur "Heda".
Nous attendons une offensive Rebelle rapidement, surement l'une de leurs dernières tentatives après toutes ces années de reprendre le lieu emblématique de la destruction de la première Etoile Noire, alors qu'ils y avaient établis une base depuis des décennies... jusqu'à ce que nous les chassions et repoussions depuis tout ce temps. Mais leurs moyens s'épuisent et Yavin IV n'a rien de réellement stratégique pour eux, mais le fait de se faire tenir en respect pour des autochtones doit les exaspérer au plus haut point.
Je rejoins les troupes qui se préparent au combat, plus les minutes passes plus la troupe s'étoffe. Jusqu'à devenir une véritable marrée humaine, armés de vibrolames et de blasters, prêt à mourir au combat s'il le faut. J'envoie les premières équipes à leurs missions respectives. Un groupe profondément enfouis dans la jungle, la seconde avec moi entre la lisière et le temple, et le dernier en embuscade de dernier recours à l'intérieur. Tout est en place, lorsque les vrombissements lointain des premiers cargos Rebelles se font entendre, puis se posent avec fracas aux milieux de la forêt... les idiots. Ils n'avaient toujours pas compris. La jungle est notre plus grand atout.


L'heure de l'assaut arrive, je me positionne en haut des marches, pour surplomber mon armée et je les jauge. La poussière des arbres centenaires vulgairement écrasés se dépose sur mes bottes. Ma cape noire frissonne sous le joug d'une brise salutaire par cette chaleur. Le soleil levant se reflète sur ma tenue sombre, où le manche de mon sabre laser est exhibé comme le symbole de pouvoir et de commandement. Les paupières fermées je regarde le soleil, il me réchauffe le visage, alors que la brise fait passer sur mon épiderme une douce caresse de bien être. J'ouvre les yeux doucement, agréablement éblouis par les rayons transperçant mes cils. Puis, je cris :
"Batho ba ka ! nako e fihlile ! A re nke lihlomo, mali a bitsa mali, 'me hammoho re bolaee lira tsa rona hang-hang !"
Rien ne vaut une bonne dose de motivation et d'excitation avant une bataille. Je descends avec assurance les marches, ils s'écartent pour me laisser rejoindre ma place, en première ligne, tel un général de l'ancienne époque. Les cris de rage montent crescendo, les tambours de guerre commencent leurs menaces et les armes sont brandis en l'air avec un cri de guerre qui les rallies tous... Heda ! Heda ! Heda ! Je m'empare de mon sabre et enclenche le mécanisme, ce qui intensifie les cris et boost d'autan plus leur morale. C'est l'effet que produit le "sabole ea mali", l'épée de sang. Je l'as lève en l'air et dans la seconde qui suis, plusieurs centaines de soldats s'engouffres inextricablement dans la jungle pour un combat tout en violence et parsemés de morts.

Au milieu de la jungle, tout va très vite. Et à peine nous avons rejoint le premier groupe parti en éclaireur, que la masse gargarisée, imprévisible et assoiffée de sang écrase tout sur son passage. Rien ne peut arrêter notre implacable progression, jonchée par les cadavres des Rebelles. Rien. Sauf peut-être le désespoir, leur faisant abandonner tout honneur. Car soudain la nuit tombe sur la canopée, une nuit de mort. Les salauds ont fait appellent à la République, et leur bombardier plane au-dessus de la mêlée. Quand les premières explosions lancèrent la cacophonie de l'enfer, fauchant autant de Simohkos que de Rebelles, je comprends alors que le débarquement de leurs troupes est un piège. Ils en sont arrivés là, près à sacrifier leurs propres unités. J'ordonne alors un repli immédiat au temple, que les cors de guerre retransmettent par delà le champ de bataille. Tout le monde s'époumone en direction du point de repli, même nos ennemis Rebelle qui ne semble pas comprendre ce qui leur arrivent. A peine le tiers des troupes arrivent sains et saufs, c'est un véritable massacre, quelques minutes de plus et ils nous auraient totalement anéanti. Les Rebelles qui se présentent devant le temple baissent leurs armes et réclament d'être abrités, alors que le bombardier s'avance lentement dans notre direction, continuant de semer la mort et la destruction. Pendant que mes hommes et mes femmes font prisonniers les Rebelles désorientés, je reste planté devant l'entrée, fixant avec rage les lâches de la République. Ils vont comprendre le sort que je réserve à mes ennemis.

J'avance d'un pas lent et décidé en direction de mon ennemi, je le pointe avec mon sabre laser. Puis j'hurle.
"MOLIMO O TLA ETSA"
Et cette fois, ce sont les tourelles défensives du temple qui entame leur plus belle symphonie, avec rage et vengeance.



Grande salle du temple - 1 heure plus tard

Confortablement installée sur mon trône, je me languis déjà de ma victoire. Le prix à payer est terrible, plus d'un demi-millier de morts chez les Simohko, des femmes; des hommes... des enfants que je côtoyais chaque jour, qui me souriaient... Mais ils ont contribués à une paix durable pour le reste de leur peuple et ils vont pouvoir continuer fièrement la mission que je leur ai imposée, le nouveau but à leurs misérables vies, la sauvegarde du temple, quoi qui leur en coute. Et ils me l'ont encore prouvé aujourd'hui.
Tout le monde est réuni dans la grande salle. A ma droite se tiennent une trentaine de Rebelles, bien en ligne, attendant leurs sorts. Mon peuple fier de cette grande victoire, bombe le torse et pousse encore des cris de satisfactions. Et a genoux devant moi se tien les six derniers rescapés du bombardier de la République, dont le Commandant en charge. Je le regarde et dit :
"ke eena feela ea sitisang !"
Aussitôt une effusion de sang se répand devant moi, mes guerriers ont égorgés les cinq soldats qui n'ont aucune valeur à mes yeux. Le Commandant est apeuré et effaré par la violence du moment. Puis la colère l'envahit et se lève, le regard noir. J'intime à mes guerriers de le laisser, d'un geste de la main. Il s'avance lentement, s'arrête, puis me lâche comme si je ne comprenais pas un mot de ce qu'il me dit :
"Vous n'êtes que des barbares ! DES MONSTRES !"
"Hmmm... Vous croyez que NOUS sommes des monstres ?"
Décontenancé de me voir parler le basic avec facilité, il cogite à plein régime, en perdant la parole au passage. J'intime alors d'un geste que l'on m'emmène le plus gradé des Rebelles à ma droite.
"Mo fe molumo."
Le bougre tout aussi déboussolé que sont compatriote de la République, regarde le blaster qu'on lui donne sans comprendre. Puis reprenant un peu de courage, il me pointe avec l'arme. Je lui souris.
"Vous vous êtes toujours bien battu vous les Rebelles. Toujours dans l'esprit de l'honneur du combat. Mais dis moi... Qui aujourd'hui a tué le plus de tes hommes ? Qui vous a trahi et a bafoué l'enjeu de la bataille ?!"
Mes mots enjôleurs et sans équivoques font tilt dans sa petite tête, il retourne alors son arme contre le commandant du bombardier. Celui-ci essaye tant bien que mal à l'en dissuader et sort un tas d'excuses bidons. Mais plus il parle plus le Rebelle se décide. Le commandant s'agenoux alors, le supplie.
"Alors ? Qui mérite de mourir aujourd'hui ?"
Et dans un cri de désespoir le Rebelle tue le Commandant. Il est aussitôt désarmé par mes guerriers et rejoint le reste de ces hommes.
Soudain mon bracelet s'illumine, se pourrai t-il...
Je me lève, le cœur battant la chamade d'excitation, et d'un geste de la tête j'ordonne l'exécution des Rebelles. Et dans les cris de peur et les bruits de chaire découpée à la vibrolame, je quitte la salle principale d'un pas décidé. En une fraction de seconde je tourne le dos à six années de ma vie.

Aujourd'hui est enfin le grand jour !


Dernière édition par Morrigan le Ven 5 Jan - 18:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Knight of Ren
NOM DE CODE : KALI REN

MESSAGES : 104

avatar
Liz'Tahni
Message    Mer 3 Jan - 0:50

LE DERNIER SOIR D'HOSNIAN PRIME


A bord du Dernier Regard

"BOUGE CE VAISSEAU DE LA !" Ma colère fait trembler l’habitacle de la cabine de pilotage tandis que le vaisseau s'évade de l'atmosphère de la planète centrale de la Nouvelle République, Hosnian Prime. Mes doigts sont crispés au cuir du siège, et la poussée des moteurs à un niveau qui aurait effacé la résistance de la plupart des humains m'enfonce de force au fond de mon siège de co-pilote. Je vois notre vaisseau entouré de flammes qui s'élève vers le noir obscur de l'espace et qui abandonne l'air vicié de la République. Je n'ai jamais été aussi heureux de quitter une planète. Mais je ne sais pas si j'arriverais jusqu'aux étoiles.  L’hyper-propulsion est indisponible et mon pilote semble faire de son mieux, mais en proie à la panique et au rayon rouge, sorte de lumière divine, qui fonce vers nous et la planète, je ne peux retenir mes pulsions.
"Plus vite, PLUS VITE ! Accélère bordel !" Dans un autre contexte, ça aurait pu me faire sourire. Dans celui-ci, je n'ai pas le temps de penser à l'autre dans la cabine. Je ne pense qu'à ma magnifique personne et je l'imagine de toutes mes forces à l'autre bout de la Galaxie. Je me concentre et puise toutes mes émotions, comme on me l'a appris. Je me vois autre part, pas devant le rayon de la machine de guerre Starkiller, la planète de la mort dont je viens d'apprendre l'existence. Foutue guerre à qui a la plus grosse. Et ils sont dans mon camp, foutre de banta ! Mon sabre tape frénétiquement contre ma cuisse, et je ne pense pas plus d'une seconde au plaisir que je ressens dans la douleur. Je rajoute cette pulsion destructrice à la boule de haine que je forme au fond de buste. Je lui donne la forme d'un humain, d'un vieux maître jedi que je hais. La forme de colère, en plein milieu du tumulte et de ma poitrine, devient Luke Skywalker. Et alors que mon partenaire pousse un manette de plus pour nous sortir de là, j'hurle ma colère et ma haine à la Galaxie et je tranche cette illusion de l'esprit qui me hante. Pourvu qu'on survive ! L'immense rayon rouge s'approche toujours plus, nous éblouit presque. Tandis que mon bracelet reste noir, absent de toute nouvelle de Ben comme par exemple celle qui me préviendrait qu'on allait me sacrifier, je me rappelle que tout est la faute de ce qu'on appelle la loi de Morphy, ce foutu tandoorien !



Hosnian Prime - Bal en l'honneur de la chancelière Mon Mothma

Six ans que j'avais fait mon trou sur la capitale de la Nouvelle République. A dire vrai, ça avait été assez plaisant. Bien sur, j'étais dans mon environnement. Comme Ben le voulait, il m'avait envoyé avec mes camarades là où l'on pouvait être utile. Gardiens, émissaires, espions. A la méthode des anciens Siths et de la Règle des Deux, nous avions agi en cachette, pour ramener la gloire du côté obscur, pour réaliser les ambitions du Solo et pour nous rendre complets.
Six ans à reprendre mon rôle que j'avais quitté presque huit ans auparavant aux côté du vieux jedi. l'héritière Tahni avait refait surface sous une nouvelle identité pour mieux servir les intérêts de la cause. Il s'en était passé des choses pendant ces années là. Je me doutais bien que je devais être la plus chanceuse. A dire vrai, je m'en fichais royalement. Chacun sa place, chacun avec ses capacités. Bien sur que je n'étais pas Morrigan ou Ison. Mais j'étais utile, à ma façon.
C'était le cas ce soir là. On rendait hommage à la chancelière Mothma, celle qui avait mené la Rébellion et gagné la guerre contre l'Empire. L'héroïne derrière les Skylwaker-Solo. Une femme que je pouvais admirer il est vrai. J'y étais allée enthousiaste, évitant les paparazzi et autres déchets des médias. Tandis que les écrans géants de la ville montraient des images de la sauveuse, les publicités qui interrompaient les programmes avaient un seul visage. L’égérie de la planète et du renouveau, avec son visage modifié pour ne pas ressembler exactement à l'original, tel un héros mettant des lunettes et devenant quelqu'un d'autres. J'avais réussi mon coup. Mon visage était sur tous les écrans, et pourtant, personne ne m'aurait reconnu dans mes quartiers privés. Ce que la chirurgie holographique pouvait faire, c'était digne de ce millénaire des lumières. Et j'avais hâte que Ben nous irradie de ses ténèbres bien à lui.
J'étais à la soirée de bon cœur donc, mais je gardais en tête ma mission. Je m'investissais comme toujours dans mes missions comme si c'était la dernière, celle qui me ramènerait auprès des autres. J'avais tellement hâte. Ce soir là ne fit pas exception. Je prenais note de chaque chose, analysais chaque mouvement, retenais chaque mimique. Je savais qui faisait quoi, avec qui. Je pouvais lire sur les lèvres, je savais qui trahissait qui, qui convoitait quoi, qui se parjurait. Ce soir-ci, le père Tahni était de la partie. Ce n'était pas la première fois, je l'évitais. Si mon maquillage parfait me donnait le visage de cette Elisabeth Carter, cette femme magnifique, ce mannequin sans cervelle qui traînait avec toutes les gamines bourgeoises, je craignais toujours que celui qui m'avait engendrée et créée ne reconnaisse son oeuvre. De toute façon, ce n'était pas son heure.
Celui que je devais tuer était un sénateur. Un pourri qui avait longtemps marché pour le 1er Ordre, avant de faire marche arrière. Parfois, je me demandais si certaines missions ne venaient pas du Suprême Leader plutôt que de Ben. Je ne voyais pas où était l'intérêt d'assassiner ce pauvre type originaire de je ne sais quelle planète. Mais il m'avait ordonné par holo-message de mettre fin à ses jours. Et j'exécutais toujours les ordres de celui qui nous avait guidés hors des mains du Skywalker. Je me suis pris un verre d'alcool dont l'odeur me paraissait douteuse et je suis partie à la chasse.



Hosnian Prime - Une demi-heure plus tard

J'ai couru dans les couloirs comme une sportive dans l'arène de Tatooine, une saloperie de garde prétorien à mes côtés. Tout s'était bien passé avec le sénateur, mais je devais prendre mes jambes à mon cou. Pas parce que je m'étais plantée. Ça non. Mais parce qu'un laser géant allait être tiré dans quelques minutes par une foutue planète, absorbant au passage un soleil, pour mieux foncer sur cinq astres de la Nouvelle République, dont celui sur lequel je me trouvais. UNE FOUTUE BLAGUE. Je détallais donc vers le spatioport, sachant les prochaines minutes vitales. Le type à ma droite avait le mérite de tenir le rythme, malgré mes sens accrus grâce à la Force. Sacré soldat. Je n'avais pas l'habitude de complimenter ceux qui étaient évidemment inférieurs à mon rang, mais j'étais obligée de reconnaître qu'il avait du cran. Surtout pour un type qui disait vouloir me ramener de force s'il le devait. Il avait une sacrée paire de porgs ou le plus gros sens de l'humour de cette partie de l'univers. Je l'ai poussé de l'épaule pour le déséquilibrer, et sans m'attarder, j'ai essayé de le distancer à travers les couloirs pratiquement vides du spatioport.
Ces abrutis ne savaient même pas qu'il ne leur restait que cinq minutes à vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Imperial Guard
NOM DE CODE : Red One Leader

MESSAGES : 86

avatar
Jax Stryver
Message    Ven 5 Jan - 11:35

CHAPITRE I : LES RETROUVAILLES


A bord du Dernier Regard

- Dites votre Altesse … n’était ce pas du cynisme qui pointait dans sa voix ? … sauf votre respect, vous voulez pas poser votre mignon p’tit cul juste à côté et vous rendre utile au lieu de gueuler comme un porg ? Le praetorien avait sa gueule des mauvais jours. Il n’avait pas eu le temps d’appliquer de traitement au bacta sur ses blessures et sa pommette lui faisait atrocement mal. Les antalgiques terminaient leur effet et Jax ressentait les premières pulsations annonciatrices d’une migraine qui viendrait d’ici peu lui vriller le crâne.

Le Dernier Regard fonçait, moteurs hurlants, dans le ciel écarlate d’Hosnian Prime. Jax savait que le temps leur manquait. La console d’astronavigation illuminait le cockpit avec toutes ses alarmes qui clignotaient. L’hyperdrive était HS, le système com également, l’essentiel de l’énergie avait été détourné vers les boucliers arrières pour encaisser l’onde de choc qui allait se produire sous peu.

Leur chance de survie se réduisait chaque seconde un peu plus et Stryver avait tout sauf besoin d’entendre les hurlements d’une gamine hystérique qui ne savait, visiblement pas, tenir ses nerfs. - Son excellence peut – si elle le souhaite - aller faire un tour en cabine histoire de m’préparer une bonne tasse d’ardef avec deux ou trois pilules. C’était définitivement du cynisme. Il accompagna sa demande d’un sourire forcé, et édenté. Qui était cette jeune femme pour le suprême leader ? Qu’elle était sa valeur ? Qu’est ce qui justifiait cette extraction en urgence ? Styver ne pouvait s’autoriser à détourner son attention ne serait ce qu’une seconde. Sa formation de pilote restait correcte mais elle lui demandait une concentration de tous les instants. Il se résigna à reporter ses interrogations à plus tard et se concentra de nouveau sur sa trajectoire. A cet instant, il ne sut où se trouvait sa partenaire, il n’y avait que ce rouge écarlate qui semblait dévorer l’espace. * Quelle merveille *

Ils franchirent l’atmosphère au moment où le premier faisceau frappa Courtsilius, quitta l’orbite planétaire une fois que Rayshot et Cardota ne furent plus qu’un amas de poussières et parvint à regagner l’espace au moment où Hosnian Prime explosa. La verrière du cockpit s’occulta immédiatement au passage du blast lumineux. Le cargo fut projeter comme une feuille lorsque l’onde de choc le rattrapa. Les boucliers thermiques s’illuminèrent, les tuyères des réacteurs se coupèrent immédiatement  et l’intérieur du vaisseau ne fut plus que chaos. Jax perdit connaissance. Tout n’était qu’obscurité. A cet instant, toute douleur avait disparu … enfin.
LANCE DE DES - Chance - pour connaître l'état d'avarie du vaisseau.
Revenir en haut Aller en bas
Knight of Ren
NOM DE CODE : KALI REN

MESSAGES : 104

avatar
Liz'Tahni
Message    Ven 5 Jan - 14:12

CHAPITRE I : LES RETROUVAILLES

Quand mon pilote a fait preuve d'un humour des plus hilarants, j'ai failli le décapiter, ou lui faire éclater sa tête avec la Force, ou que sais-je encore. Pendant un instant, j'ai vraiment cru qu'asperger la vitre de la cabine m'aiderait à me sentir mieux, et à me tirer de là. Mais c'était une impasse. Cet enfoiré était le seul à pouvoir me tirer de là. J'ai soufflé un gros coup et je me suis redressé autant que je pouvais malgré la pression de l'accélération.
Il s'en sortait pas trop mal à vrai dire, je n'avais pas vraiment à me plaindre. Le souci était que nous allions mourir, et que je ne pouvais pas l'aider. Je n'avais pas des notions de pilotage avancés, mais elles suffisaient à lui apprendre ce qu'il savait déjà. Nous n'avions plus que la moitié de nos boucliers à cause de l'énergie utilisée pour aller plus vite, les moteurs étaient dans le rouge et il nous restait que quelques secondes. Et réaliser ça m'a à nouveau mis dans tous mes états. J'allais le frapper du pied pour m'occuper et lui apprendre le respect quand l'impact du rayon sur la planète nous a balayé.
Une foutue seconde et j'ai cru que l'univers nous avait absorbé. Notre vaisseau a pris la vague du souffle et s'est vu propulsé on ne sait comment bien plus loin, nous permettant d'éviter l'éclatement total du vaisseau sur les milliards de débris que formaient à présent Hosnian Prime. J'ai perdu connaissance je crois, bien que j'ai eu l'impression de voir la scène des dizaines de fois. Peut-être la Force, dans la dernière seconde, m'expliquait à quel point nous étions baisés.

Je me suis réveillé dans un silence mortel, uniquement interrompu par quelques goûtes. La cafetière était renversée. ça n'aurait pas manqué de me faire sourire, si mon bras n'était pas déboîté, mon crâne ravagé par des maux de tête et si nous n'étions pas des morts en sursis. J'ai soufflé, à nouveau. Avant de jurer en hutt. Les yeux ouverts, j'ai pu voir que la cockpit, et vu sa taille, par extension, tout le vaisseau, semblait aller plutôt bien. Pas de trou dans la coque, j'arrivais à respirer. J'ai regardé à ma gauche. L'autre type avait l'air vivant. Tant mieux pour moi. Je n'ai pas réussi à me remettre mon bras, et je me suis levé avec une douleur horrible. J'ai foutu une claque au prétorien. Ça m'a fait un bien fou ! J'allais remettre ça et là j'ai regardé en détails son visage ravagé par un certain nombre de batailles. Malgré ça, ou grâce à ça, il avait un certain charisme, c'était indéniable. Je me suis retenu pour la seconde et je me suis juste penché devant lui pour tâcher de rallumer le vaisseau. A priori, rien ne fonctionnait. Je suis donc repartie à ma place, me suis bien mis au fond de mon siège et j'ai commencé à appuyer sur tous les boutons que je connaissais. Au bout d'un moment, le tableau de bord s'est allumé. Du jus ! Le Dernier Regard était peut-être pas totalement crevé. Ne restait plus qu'à. J'ai regardé l'écran pour les communications, et décidé que le soldat pouvait tout aussi bien le faire. Espérons juste que la com' marche...
"Je sais que vous êtes rêveillé. Bougez-vous, et faîtes moi un caf."


Dernière édition par Liz'Tahni le Sam 6 Jan - 20:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Knight of Ren
NOM DE CODE : Meroy Ren

MESSAGES : 67

avatar
Ison Droma
Message    Ven 5 Jan - 15:06

CHAPITRE I : LES RETROUVAILLES

Nar Shaddaa - Palais de Ergo le Hutt

" Au plaisir de vous revoir Grand Ergo ! " Lança-t-il agrémenté d'une courbette de bienséance, suivit de prêt de ses deux droïdes de sécurité.

Relevant la tête, avec le sourire, il tourna les talons et prit la direction de l’imposante porte d'entrer. Marchant d'un pas soutenue dans sa tenue étriqué de négociant au service du Premier Ordre, il était ainsi suivi de ses deux imposants gardes droïdes, K-HEL et K-LIF. Avançant, Ison était souriant, ayant réussi à établir un premier contact avec cet Hutt quelque peu difficile, c'était une petite victoire en soit, ouvrant alors à l'Ordre de nouvelle porte de négociation.

Traversant les rues éblouissantes de ce ville-spatioport à taille lunaire, les regards étaient discrètement porté à son égard, ou du moins sur les deux géants qui le suivait. N'ayant ainsi rien à caché, c'est avec fierté et prestance qu'il se rapprochait de son vaisseau. Pourtant, bien qu'affichant depuis toujours cette assurance sur son visage, depuis quelques heures déjà, une sensation étrange le parcourait. Soucieux de cette sensation qui l’envahissait et dont-il ne savait l'origine, mise à part le fait qu'elle avait un lien avec la force, il avait poursuivit ses activités sans rien paraître.

Entrant après quelques minutes dans l'air d’atterrissage où était stationné son vaisseau, l'un des deux droïde qui l'accompagnait vint à lui demander la parole. S'arrêtant et tournant le regard en sa direction, il ordonna au second de monter à bord et d'informer le pilote de leur départ proche, puis pointa du doigt le premier, lui indiquant alors de poursuivre.

" Des informations importantes Monsieur ! " Lança le droïde avec respect.

" Importante dis-tu ? " Répliqua Ison du tac au tac, alors quelque peu intrigué. Lui sachant déjà depuis quelques heures, la disparition de la Nouvelle République, ainsi que de la Base Starkiller, était alors loin de ce douté des changements auxquels il devrait faire face.  

" Importantes Monsieur, oui ! Reçus à l'instant Monsieur ! Information première : Le Suprême Leader Snoke n'est plus, le Suprême Leader Kylo Ren le remplace. Information Secondaire : Le Supremacy à connue de lourdes avarices, un camps de base est en planification sur Crait, planète du système du même nom. Information Tertiaire : ... "" Stoppe, arrête-toi là pour le moment ! " Lâcha Ison quelque peut abasourdit par les nouvelles.

Tournant les talons, il s'engagea dans le vaisseau en ordonnant au droïde d'y afficher au passage, les informations qu'il avait ainsi ressue.

Revenir en haut Aller en bas
Imperial Guard
NOM DE CODE : Red One Leader

MESSAGES : 86

avatar
Jax Stryver
Message    Ven 5 Jan - 22:07



- ... faites moi un caf !
Jax grommela à mesure qu'il reprenait ses esprits. Son visage, poisseux de sang coagulé, était plaqué contre la console de pilotage et le haut de son torse semblait coincé sous un pan de cloison effondrée. * Stang ! elle aurait pas pu crever celle là.* Les mots avaient ils dépassé sa pensée ? Venait il de s'exprimer à haute voix ? Le praetorien parvint à s'extraire avec difficulté. Son épaule était douloureuse et vu les difficultés qu'il avait à respirer, il devait avoir une ou deux côtes felées. Quant à son crane, il donnait l'impression de vouloir litteralement exploser.

Tandis qu'il prenait appui du plat de la main sur la verrière, Jax balaya lentement le cockpit du regard, évaluant mentalement les dégats. Le Dernier Regard errait sans vie au milieu des morceaux de planète, protégé des débris par un bouclier miraculeusement opérationnel. La plupart des alarmes s'étaient tues et les messages qui défilaient sous ses yeux étaient rassurants. * faites moi un caf * C'était bien ce qu'elle lui avait dit ? Il venait de lui sauver le cul et cette folle hystérique d'aristo de merde n'avait trouvé que ça à dire ? - Suce ma bite! La réponse fut singlante.

Il se redressa de tout sa hauteur et toisa la jeune femme avec le regard du paternel déçu. Si la princesse avait besoin d'une bonne correction, il se sentait encore la force de lui apprendre à dire merci. Et pourtant ... Elle semblait mal en point elle aussi, assise à la place du copilote, les cheveux en bataille et les traits noircis par la suie et les coulures d'huile qui perçaient de part et d'autres des cloisons - C'est une mauvaise blessure que tu as là ... faut remettre l'os dans son axe si tu veux pas finir amputée à notre retour à cause d'une septisémie. Il soupira en franchissant le fracas répendu sur le sol. Elle finirait par l'avoir son putain de caf ...

- Essaie de faire fonctionner le système com du temps que je trouve de quoi te soigner. Doit bien y avoir des patrouilles de l'Ordre dans l'coin. Le vaisseau me semble en état de marche, mais je voudrais pas tenter le diable une fois de plus. Il disparut dans la coursive. On l'entendait encore jurer depuis la cuisine du carré d'équipage. - Et puis merde !!! pourquoi elle me fait aussi mal cette joue !!!

Revenir en haut Aller en bas
Inferno Squad
MESSAGES : 74

avatar
Morek Swagger
Message    Sam 6 Jan - 3:50

LA DERNIERE MISSION

Navette de l’escouade Inferno

Un silence de mort régnait à l’intérieur de la Corvette impériale de l’escouade Inferno. Tous, à commencer par leur leader étaient encore sous le choc de la nouvelle qui venait de leur être communiquée. Le Suprême Leader Snoke était mort, plusieurs croiseurs avaient été détruits et le Supremacy était gravement endommagé. Un regroupement des forces était en cours vers Crait pour planifier la contre-attaque. Aucun d’eux n’arrivait à croire ce qu’ils venaient d’entendre et personne ne parvenait à admettre la mort du Suprême Leader. Il avait toujours paru invincible et il portait à lui tout seul le 1er Ordre. Jamais ils n’avaient imaginé qu’il puisse être vaincu. Ils n’avaient d’ailleurs pas obtenu de détails sur les circonstances de sa mort qui laissait désormais un vide immense difficile à combler. Chacun d’eux se demandait maintenant ce qu’il allait advenir et même si personne n’osait encore l’imaginer. Tous savaient que les cartes étaient redistribuées et qu’il fallait dorénavant se méfier de tout le monde. Les rebelles n’étaient effectivement plus la priorité. Les traitres ne tarderaient pas à se manifester, ainsi que les ambitieux et c’est à ce moment-là que l’escouade Inferno frapperait. Car il s'agissait maintenant de la nouvelle priorité.

« Capitaine, vous pensez vraiment que le Suprême Leader Snoke est mort ?
— Je ne sais pas, je ne sais pas. »


Toutes les têtes s’étaient tournées vers Môrëk qui répondit de façon évasive, mais même lui n’avait aucune idée sur la véracité de cette information et tant qui n’aurait pas de preuve formelle, il continuerait à servir le 1er Ordre et son Suprême Leader. Il s’agissait de Kylo Ren désormais, mais il avait l’intime conviction que Snoke était encore présent quelque part, sous une forme ou une autre. Il l’espérait même, car il ne voyait pas comment pouvait se maintenir et vaincre le 1er Ordre sans la figure emblématique et l’aura de puissance que dégageait Snoke. Car, il n’était pas seulement leur leader, mais il représentait également le lien qui les unifiait tous et maintenait la cohésion. Kylo Ren n’avait ni la puissance, ni la carrure et encore moins la sagesse de son maitre. Lui laisser le pouvoir s’était vouer à la destruction le 1er Ordre et offrir de ce fait la victoire aux rebelles et cela jamais il ne le permettrait.


Dromund Kass, plusieurs semaines auparavant

Le tonnerre et les éclairs striaient le ciel de la planète, tandis qu’un vaisseau léger bravait inconsciemment le déluge en zigzaguant à travers la tempête. Malgré plusieurs impacts ce dernier parvient à se poser non sans difficultés et quelques avaries légères au milieu de la jungle, non loin d’une sorte de temple abandonné et en ruine. Ce dernier à peine visible était quasiment camouflé par la végétation environnante. Les occupants arborant des armures noires mates aux couleurs du 1er Ordre s’extirpèrent de la navette, avant d’inspecter les alentours en gardant un œil attentif vers le ciel, dont seuls les éclairs répétitifs percèrent l’obscurité totale qui les entourait. À tel point qu’il était impossible de savoir s’il faisait jour ou nuit à ce moment-là, car ici cela n’avait aucune différence.

« Capitaine, où sommes nous ?
— Je ne sais pas, mais nous sommes au bon endroit. Ce lieu ne me dis rien qui vaille, mieux vaudrait ne pas nous y attarder bien longtemps »
répliqua Môrëk en scrutant le ciel et les alentours avant de faire signe au reste de l’escouade de le suivre en direction de leur objectif.

Hormis quelques créatures primitives l’escouade Inferno ne rencontra aucune résistance ni espèces intelligentes sur son chemin, mais une étrange impression enveloppait l’ensemble de ses membres à mesure qu’ils approchaient du temple. Celle-ci ne fit que se décupler une fois à l’intérieur.
Même si Môrëk n’appréciait pas cela. Il dut se résoudre à diviser son escouade pour entreprendre l’exploration du temple à la vue de la taille gargantuesque de l’édifice. Il sentit la réticence de son escouade face à cette décision que lui-même n’appréciait guère, mais tous avait la même envie, sortir au plus vite d’ici et en se séparant ils avaient de plus grandes chances de trouver rapidement ce qu'ils étaient venus chercher. Au fur et à mesure de leur progression au sein de l’édifice, Môrëk semblait sentir une présence autour de lui, sans jamais pouvoir déterminer sa provenance. Il sursautait à chaque bruissement, attentif à chaque son, il se retournait au moindre doute. Les couloirs et les travées commençaient à se ressembler les uns les autres. Il avait l’impression d’avoir déjà arpenté plusieurs fois la même coursive. Inflexible il continua tout de même son exploration, quand soudain il sursauta en entendant son communicateur de poignet s’allumer.

« Capitaine, vous devriez venir voir ça, je crois que nous l’avons trouvé.
— Très bien, j’arrive, maintenez votre position et surtout ne faites rien tant que ne suis pas sur place.
— Compris. »


Môrëk reprit quelque peu ses esprits rassuré à l'idée de quitté ce lieu infernal. Il rebroussa chemin pour rejoindre le reste de son escouade. Alors qu’il se retournait, il lui sembla apercevoir une forme spectrale en même temps qu'il percevait des murmures. Il orienta la lumière de son arme dans la direction supposée afin de scruter les ombres. Mais hormis des débris et des objets rituels cassés, il n’y avait rien du tout. Il poussa un léger soupir puis il reprit sa route. Une fois les coordonnées rejointes il eut la bonne surprise de constater que tous les membres étaient présents. A sa grande joie aucun n'avait succombé à l'emprise malsaine des lieux.

« L’un d’entre vous a remarqué quelque chose d’étrange ?
— À part cette impression oppressante d’être observée en permanence, rien à signaler capitaine.
— Rien de mon côté non plus à part l'oppression constante des lieux, mais vous avez une idée capitaine où sont passés les occupants ?
— Non, et je préfère ne pas le savoir et vous devriez en faire autant. Maintenant, laissez-moi voir l’artefact que nous puissions quitter cet endroit au plus vite.
— Il est ici. Personne ni a touché, mais il y a quelque chose d’étrange avec que je ne peux expliquer. »


Môrëk se porta au-devant de son escouade qui s'écarta pour le laisser passer. il se dirigea vers  l’endroit qu’on lui avait indiqué pour observer l'objet en question. Il s’agissait d’une sorte de tombe funéraire où était entreposé un cadavre visiblement celui d’un noble local à la vue des riches ornements qu’il portait, ainsi que de ses vêtements. Mais ils n’étaient pas venus pour contempler sa garde-robe et ses objets personels, mais bien pour le petit objet rougeoyant incrusté dans sa ceinture. Môrëk approcha sa main et se saisit du petit objet triangulaire qui brillait d’une intense lumière incandescente.

« Vous croyez que c’est ça Capitaine ?
— Cela ne fait aucun doute.
— À quoi cela peut servir ?
— Je n’en ai aucune idée et cela m’importe peu, la seule chose que je sais c’est que le Suprême Leader Snoke le désirait et c’est chose faite. »



Dernière édition par Morek Swagger le Lun 8 Jan - 14:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Knight of Ren
NOM DE CODE : Meroy Ren

MESSAGES : 67

avatar
Ison Droma
Message    Sam 6 Jan - 12:26

CHAPITRE I : LES RETROUVAILLES

Navette d'Ison Droma - En direction du Supremacy
 

Ayant décollé du spatioport miteux de l'étincellente lune Nar Shaddaa, où était stationné leur navette, Ison, son pilote, ainsi que ses deux droïdes KX, prirent la direction du Supremacy.

Ayant revêtu une tenue plus ample que l'obligatoire uniforme auquel il devait tenir rigueur pour ses officielles transactions, Ison c'était alors assit par la suite sur un siège du Cockpit.

Visualisant les infos sur une projection holographique, il prit toutes ses dernières avec minutie. Plongeant dans toutes ses données, la sensation qui l'avait parcourue quelque temps avant, l'avait alors quitté. Sachant maintenant, qu'il s'agissait là d'une perturbation dans la force, pour lui, ce qu'il avait ressenti était sans doute en lien avec la disparition du Suprême Leader Snoke.

N'étant pourtant pas certain de ses convictions sur cette étrange sensation, il décida de l'écarter de ses pensées et n'allait sans nul doute, ne pas en parler à d'autres.


" Je vais me reposer !" Lança-t-il au pilote qui lui répondu avec respect.

Sortant du cockpit, il vint à s'installer au milieu de la pièce suivante, ordonna aux droïdes sur place de ne pas le déranger, puis s'agenouillant au sol et joignant ses mains, il entama sa méditation.

Revenir en haut Aller en bas
Knight of Ren
NOM DE CODE : HELA REN

MESSAGES : 203

avatar
Morrigan
Message    Sam 6 Jan - 14:49

MEDITATION DE FORCE



Navette de Morrigan - En direction du Supremacy

Je me réveille en sursaut. Désorientée, perdue dans ce cadre qui n'est ni ma jungle ni mon temple, durant quelques infini secondes je cherche désespérément mes repères. Lorsqu'enfin tout me reviens, et que les pièces du puzzle s'assembles de nouveau, j'expire bruyamment.
Je jette un œil sur ma console d'astro-navigation. Je ne suis partie que depuis deux heures. Il me reste encore quatre bonne heures en vitesse hyperliminique avant d'arriver au Supremacy. Le peu de sommeil a été tout sauf récupérateur, mon corps est encore tout endolori suite à la bataille d'aujourd'hui, et la fatigue n'arrange rien. J'ai besoin d'une bonne séance de méditation.

Maître Luke ne tarissait pas d'éloge sur les biens faits de cette pratique même si ses élèves, moi comprise, n'étions ni patients, ni motivés. Nous trouvions cela ennuyant et inutile tout simplement. Mais durant mes années passées sur Yavin, j'avais beaucoup pratiqué les voies de la Force, et notamment la méditation, car je comprit à l'époque toute l'étendue des possibilités quelle offrait. Elle permet tout d'abord une véritable connexion avec la Force, un moyen de la comprendre, de l'entendre, la sentir. Elle permet, avec beaucoup de pratique, une restauration de ses facultés physique et psychique. Et quand le niveau de maîtrise atteint des niveaux dantesques, ce dont je suis loin pour le moment, elle peut permettre de se connecter avec d'autres personnes, d'influer sur le moral pour renverser le cours de batailles à grandes échelles, ou encore donner à son utilisateur une connaissance de la Force méconnus de tous. La méditation a toujours été une activité Jedi, mais je doit continuer de l'affuter, car je suis persuader qu'elle me rendra plus puissante et moins impulsive.

Toujours assise dans le cockpit, je met mes jambes en tailleur, ferme les yeux, et laisse ruisseler la force en moi. Qu'elle ne fasse qu'un avec le fleuve qui parcours l'univers. Je suis au milieu de l'espace, mon corps y flotte dans la même position. Plus de bruit, plus d'odeur, plus de sensation, plus d'émotions... juste la Force et rien qu'elle. Connectée au grand TOUT. Je tente  de percevoir Ben, de l'apercevoir, de le sentir, de lui parler.
[Jet de dé #1: Pas Mal (requis Légendaire)]
Mais je ne peux appréhender le courant du fleuve qui m'emporte, la distance qui nous sépare est bien trop importante. Je me stabilise devant l'un des nombreux soleils qui jonche la galaxie et tente d'en puiser la force, j'en ressent le besoin.
[Jet de dé#2: Parfait]
Soudain, comme un coup de fouet, je sens mon énergie corporel et psychique s'approprier toute le chaleur des rayons expédiés par l'astre, j'en savoure chaque caresses. Et maintenant que je suis plus en forme que jamais, je cherche mes anciens partenaires, du moins les plus proches géographiquement de mon corps matériel.
[Jet de dé #3: Presque (requis Légendaire)]
Mais rien y fait, impossible de les trouver, les limites de mes facultés sont aisément visibles. Puis soudains le fleuve s'agite. Il deviens intense. Puis, tel un torrent, il m'éjecte de ma transe.

J'ouvre les yeux. Il s'est passé quelque chose. Quelque chose d'assez grâve pour retentir à travers la Force.

"Ben ?"

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message    

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STAR WARS : KOR :: RP :: RÔLE-PLAY-