top rpgtop rpgtop rpgtop rpg





AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 

 


 





 

 Jax Stryver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Imperial Guard
NOM DE CODE : Red One Leader

MESSAGES : 86

avatar
Jax Stryver
Message    Jeu 4 Jan - 18:38

Âge : 53 ans
origines : Carida
Profession : Garde praetorien / Agent de terrain
Etat civil : veuf
Stryver Jax
Capitaine au sein des SSS ( Service Spéciaux de Snoke )
Majeur +1
combat CàC
Mineur +1
Resistance
Mineur +1
Arme blanche
/
/
/
/
Race : Humain
Taille : 1,80
Corpulence : sportive
Cheveux : poivre et sel
Yeux : bleus
Signe(s) distinctif(s) : prothese dans l’orbite droite



- Alors c’est à ça que ressemble le boucher d’Arkanis? L’agent rebelle en charge de l’interrogatoire rapprocha son visage de celui du praetorien. L’homme était assis sur une vulgaire chaise en métal, les mains nouées à l’arrière à l’aide d’un lien de contention. La pièce était dépourvue de tout artifice : une table nue, deux chaises, aucune vue sur l’extérieur et une seule issue … Quelle déception … je t’imaginai … il hésita un bref instant, s’humectant les lèvres tout en cherchant le qualificatif approprié. Plus impressionnant, oué c’est ça, je t’imaginai beaucoup plus impressionnant. Ils étaient si proches maintenant que leur haleine respective se mélangeaient dans un seul et même souffle aux fragrances épicées.
- Rassure toi petit. Le son de sa voix était déformé par le gonflement de ses lèvres éclatées. Ta déception n’est rien face au plaisir que j’aurai à t’éclater le crâne à mains nu, juste après t’avoir fait bouffer tes couilles … Il ponctua sa phrase d’un épais crachat ensanglanté qui s’écrasa lourdement sur le visage du rebelle.

L’effet fut immédiat. L’agent recula instinctivement, s’essuyant la face d’un revers de manche avant que, d’un geste de la main, il ne laissa s’abattre une pluie de coups orchestrée par deux brutes en treillis militaires qui l’encadraient de part et d’autre. Enivré par les drogues qu’il s’était volontairement administré dans les minutes précédents son arrestation, Jax avait l’impression d’être spectateur malgré lui du déferlement de violence dont il était la cible. Sa tête s’agitait sous l’impact des coups comme une vulgaire poupée de chiffon. Du sang s’écoulait maintenant en continu depuis la commissure de ses lèvres avant de se mêler au rouge écarlate des plaques d’armures qui lui recouvraient le reste du corps. Il fallait qu’il tienne le coup quelques minutes de plus. Il pouvait percevoir à travers le plancher le ronronnement des moteurs s’atténuer à mesure que le vaisseau ralentissait.

Le praetorien manqua de perdre connaissance. Le visage bouffi par les hématomes, rendu presque aveugle par le gonflement de ses paupières. Son nez n’était plus qu’un amas de cartilage broyé. Il parvint contre toute attente à sourire et le rictus qu’il réussit à afficher – et qui se voulait plutôt comique – ne fit que renforcer son côté sinistre. L’interrogateur l’observait en silence, tentant d’intégrer la scène à laquelle il venait d’assister. Il ravala sa salive, cherchant à reprendre un peu de contenance puis poursuivi d’une voix mal assurée :
- Très bien, reprenons … Capitaine Styver. A la lecture de votre dossier, il est clair que vous ne correspondez pas aux critères standards du Premier ordre. Adolescence délinquante, multiples arrestations pour vols, actes de contrebande et violences aggravées, deux peines de prison purgées au pénitencier de Mytus VII et une perpétuité pour meurtres au premier degré transformée en incorporation forcée aux troupes de chocs impériales pour conduire la bataille de Jakku. L’agent laissa passer quelques secondes, assimilant les données qui défilaient sous ses yeux. -  Vous … vous avez tué votre femme ?
Stryver laissa échapper ce qui se rapprochait le plus d’un ricanement, un bruyant gargouillis, des bulles de sang éclatèrent sur ses lèvres meurtries. - Ne te fais pas de mouron pour ça, minot, cette pute l’avait cherché … se taper un officier de marine dans mon propre pieux … tu voulais pas que je leurs serve un p’tit dej au lit, aussi ?  

L’interrogateur implora des yeux le plafond avant d’éluder la question de son prisonnier et de poursuivre : revenons à la bataille de Jakku, visiblement, c’est à cette occasion que vous vous faites remarquer par vos supérieurs … il renifla de mépris à la mention de ce détails. Débute alors une carrière militaire de haut vol, cross star, silver star, navy cross, impressionnant palmarès pour un enfant du ghetto. Puis vous disparaissez des radars il y a une quinzaine d’années … pour être franc avec vous, on vous pensait mort … Le rebelle releva les yeux de son datapad et inspecta le praetorien de bas en haut. A vous voir ainsi habillé, je comprends mieux les raisons de votre disparition si soudaine : SSS je présume – Services Spéciaux de Snoke.

La pièce vibra lorsque l’alimentation des moteurs se coupa. Le vaisseau se cabra lorsque les imposants bras aimantés vinrent mordre la carlingue, l’immobilisant définitivement.


Styver su que le moment était venu. Il n’avait que peu de temps devant lui. Il laissa s’échapper quelques mots suffisamment bas pour que l’agent rebelle soit obligé d’approcher son visage. - Que dis tu ? La distance était suffisante pour que l’attaque soit efficace. Contractant ses muscles, Jax bascula sa chaise d’avant en arrière et planta ses dents tout autour de l’oreille du rebelle. La pression de sa mâchoire fut suffisante pour sectionner net le lobe complet. L’homme se recula en hurlant de terreur et tandis qu’il maintenait un point de compression, il observait le praetorien terminer de mâcher sa propre chair avant de recracher le morceau dans sa direction dans un sourire déformé.
- Occupez vous de lui le temps que j’aille faire soigner ça à l’infirmerie. Laissez lui juste suffisamment de souffle pour pouvoir répondre de ses actes devant la sénatrice Sindian. Le rebelle quitta la pièce avec précipitation laissant les deux soldats en treillis avec leur mission.

Jax les observa d’un regard mauvais avant de lâcher dans un souffle : - alors les filles ? On remet ça ? Montrez moi que vous en avez dans l’bide. Une nouvelle fois, il dut faire face à un déferlement de violence. Les coups pleuvaient. Il bascula sa chaise en arrière, heurtant le sol avec violence. Les soldats ne se rendirent compte, que trop tard, de la vibrolame qui venait de jaillir de la manchette écarlate du garde praetorien tranchant sans difficulté le lien qui lui maintenait les mains.

Jax se redressa de toute sa hauteur, un regard mauvais enflammait sa pupille valide. D’un mouvement du pied il projeta violemment sa chaise sur le premier militaire tandis qu’il se jetait sur le second. Le coup fut précis, la lame pénétrant dans le lobe frontale pour en ressortir aussitôt. Le corps du soldat s’effondra comme un vulgaire sac de grain. Stryver se détourna immédiatement en direction de sa seconde cible. L’homme venait de se saisir à son tour un bâton télescopique qu’il déploya d’un geste de la main.
- Toi mon vieux, t’as tiré le mauvais numéro .. et ça risque de faire un peu mal. Les deux hommes s’engagèrent dans une violente joute. L’armure de Stryver lui conférait un net avantage, lui permettant de bloquer les attaques de son adversaire avec les avant bras. Il finit par le frapper suffisamment fort pour que le soldat tombe au sol. Jax s’arqueboutta au dessus de lui et déchaîna sa colère sur le visage du malheureux.

Bientôt, le visage ne fut plus qu’une bouilli informe qui gémissait de douleur. Jax se releva laissant son adversaire agoniser à ses pieds. Il se saisit d’une des chaises avant de revenir sur ses pas. Il termina son œuvre en écrasant à quatre reprise l’objet métallique sur le crane de sa victime, le rendant totalement méconnaissable et mettant fin, dans le même temps, à son calvaire.

L’instant suivant, Stryver quittait la pièce en remontant à contre courant la coursive principale du bâtiment en direction de la sortie. Le chaos régnait autour de lui. Des hommes et des femmes couraient dans tous les sens, comme animés d’une même folie à mesure que l’alarme crépitait dans le système com. Le praetorien avait vu juste en choisissant sa dernière victime. Le treillis lui allait parfaitement bien et il n’avait eu aucune difficulté à lui enfiler ses pièces d’armure écarlate. Il faudrait un certain temps pour que les autorités comprennent que le second cadavre n’était pas le bon et Stryver savait que cela n’arriverait jamais.

Alors qu’il s’engouffrait sur le tarmac de l’astroport, il s’assura que le casque du soldat puisse camoufler au mieux les blessures de son visage. Il balaya ensuite l’horizon du regard, cherchant le bâtiment où sa cible devait se trouver. Fouillant dans ses poches de cuisse, il en ressortit une carte d’accès à un vaisseau visiblement placé en fourrière. Il s’agissait d’un cargo léger dont le propriétaire n’avait pu s’acquitter immédiatement des droits de douane. Un rictus lui étira le visage, comprenant qu’il venait de trouver un moyen de quitter la planète.

Le Dernier Regard … qu’on vienne pas me dire que le destin n’a pas d’humour.

Pseudonyme : ...
Âge : ...
Commentaire : ...
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STAR WARS : KOR :: - :: ACCUEIL :: Espace Présentation-